Les informations que j'ai rassemblé sur le clan Les campagnes et scénarios que j'ai écris. Les cités que j'ai décris.
La Cité des Histoires Les règles que j'ai créée.
Les organisations qu'on peut trouver dans l'Empire

Règles de jeux

la situation du Samouraï

Gestion d'un fief

Les compétences avançées

Le clan du Chat

Les positions du sabre dans un duel de Iai.


Voici des règles alternatives pour donner un peu de profondeur au duel et différentier un peu plus les duelistes et créer des styles.
En introduction, vous trouverez ici des informations très précises sur les différentes parties qui composent le sabre :

Nomenclature du katana

Sections Lexique
Tsuka

Tsuka - La poignée. Son corps est constitué de deux coques de bois de magnolia dans lequel est emmanché la soie (nakago) du sabre.
Kashira - Pommeau.
Menuki - Ornements de la poignée.
Mekugi - Goupille(s), cheville(s) de bambou maintenant la poignée sur la lame.
Same kawa - Peau de requin ou de raie recouvrant la poignée. Cette peau collée autour des flancs contient de la silice et contribue à son extrême rigidité. Sa surface rugueuse est couverte d’aspérité perlées qui lui confère une excellente saisie.
Tsuka ito - Ruban de soie, de coton ou de cuir tressé autour de la poignée.
Fuchi - Virole. Collier de maintien de la poignée.

Description du Katana

Descriptif du saya (fourreau)
Tsuba Tsuba - La garde.
Seppa - Entretoise située de chaque côté de la garde.
Nagasa

Nagasa - La lame.
Habaki - Manchon de métal, en forme de coin, indispensable au blocage de la lame dans le fourreau. (Voir koïguchi et kuchi gane).
Mune - Revers de la lame.
Hamon - Ligne, dessin de trempe de la lame.
Hi - Gorge située sur les deux faces de certaines lames.
Sori - Flêche de la courbure de la lame
Ha - Fil de la la lame.
Shinogi - Arête médiane de la lame.
Shinogi-ji - Flanc de la lame.
Monouchi - Section la plus tranchante et la plus active du sabre.
Yokote - Arête latérale, plus ou moins prononcée, séparant le kissaki du reste de la lame.
Kissaki - Pointe du sabre extrèmement tranchante.

Saya

Saya - Le fourreau.
Koïguchi - Embouchure du fourreau.
Kuchi gane - Collier de maintien de l'embouchure du fourreau.
Kurigata - Pontet sur lequel s'attache le cordon.
Sageo - Cordon de soie noué autour du fourreau se rattachant à la ceinture (obi).
Kojiri - Talon du fourreau.


Les attaches du sabre

Le  sageo est utilisé pour sécuriser le saya dans le obi. Il existe plusieurs manière d'attacher le sageo. Les noeuds sont plus ou moins complexe. Les kensais expérimentés ne se contentent pas d'un simple noeud. Et certains maître ont inventé le leur.
 Voici en image trois attaches différentes :

Méthode simple :
noeud du sageo simple

Méthode du dessous
Noeud sageo du dessous

Méthode du dessus
 Description du Katana

La position du sabre dans le obi.

Selon les styles et les individus la position change, c'est ce que nous allons développé.
Tout d'abord un bon duelliste fait très attention à son hakama. En effet un hakama mal mis peut nuire à la mobilité du bushi ou du sabre. Il importe donc que celui-ci bien déployé et surtout attaché assez serré à la ceinture. A l'inverse le obi doit être suffisament lache pour glisser puis manipuler le sabre lors de son extraction.

Cest là que commence la diférenciation et que varie les styles. J'invite les MJ à faire noter avant le début du combat sur un papier caché la technique choisie puis lors de la résolution à appliquer les effets.

La frappe du cou ou frappe de la grue.
Le sabre est placé de manière à permettre une prise ouverte, lorsque le sabre est dégainé, la lame suit une trajectoire courbe sur le côté droit pour venir frapper le côté gauche de l'ennemi, pour soit frapper au dessus de la hanche en direction de l'épaule opposée, soit frapper le cou. Cest un mouvement fluide et gracieux qui est assez précis.
Un duelliste utilisant cette technique reçoit un bonus pour toucher équivalent à son rang en air et un malus aux dommages équivalent.
Ce style est particulièrement adapté pour les duels au premier sang. Cette technique aurait été inventé par Kakita lui-même.

La frappe du dessus ou frappe du dragon.
Ce style requière d'orienter le kata un plus verticalement qu'à l'habitude. Pour masquer ce mouvement la main qui tient le saya, ne le relève qu'au dernier moment. La main qui tient le sabre monte haut pour sortir le sabre. Le fils de la lame longe le corps et lorsque la pointe à passer l'épaule la main gauche monte rejoindre la tsuka. Les deux mains redescendent ensemblent alors pour une frappe de bas en haut assez puissante.
Un duelliste utilisant ce style peut ajouter son rang en kenjutsu aux dommages, mais si le coup n'est pas mortel ou ne touche pas, le duelliste aura un malus à son TN équilvent pour le round suivant mais la possibilité de dégainer son wakizashi dans la suite du mouvement.

Il est mal vu d'utiliser ce style dans un duel au premier sang. Cette technique aurait été inventé par les héritiers de Mirumoto Hojatsu.

La frappe d'estoc ou frappe du serpent.
La frappe du serpent n'a pas approprement parlé d'avantage, le katana n'étant pas vraiment une arme d'estoc, mais cette technique est assez rapide pour neutraliser l'effet de toute autre technique.

La frappe de force ou frappe du Lion
C'est un style rarement utilisé, le duelliste place son sabre  le plus droit possible, perpendiculaire à l'axe des épaules, il sort son sabre vers l'avant et maintient la tsuka pointée vers le torse de l'adversaire, il avance dans le même temps pour passer à droite de son adversaire, dans ce mouvement la deuxième main rejoint la première sur la tsuka pour maintenir une position très ferme du sabre. En passant à droite de l'adversaire, le duelliste va au devant du sabre ennemi il doit être suffisament rapide pour passer avant le bras droit adverse et frapper au dessus de la hanche, l'élan et les deux mains sur le sabre donne à celui qui touche la force sufisante pour trancher le torse en deux. On notera que cette technique face à la frappe du serpent revient tout simplement à venir s'empaler sur la lame.
Un duelliste utilisant ce style peut ajouter deux fois son rang en terre aux dommages mais verra sa difficulté pour le toucher tomber à 5 + son armure.

La frappe inversée ou frappe du scorpion
La frappe du scorpion ressemble à la frappe de la grue dans sa préparation mais nécessite d'orienter la tsuka vers le bras d'arme de l'adversaire en dégainant et ensuite à prrolonger le mouvement pour toucher ce dernier ou l'épaule droite. Cette technique est assez mal vu car elle a souvent conduit celui qui l'utilise même s'il était le perdant à blesser le bras d'arme de l'adversaire, lors de tournoi tel que les test d'Emeraude cela peut avoir des répercutions pour la suite...
Un duelliste utilisant cette technique gagne une augmentation gratuite pour désarmer l'adversaire et peut s'il le souhaite et s'il le peut continuer son mouvement même s'il a perdu et blessé son adversaire (un tel acte est bien sûr très déshonorant et celui qui le commet perds souvent le droit de participer aux tournois officiels.) La difficulté de la frappe est augmentée de 5.

La frappe- parade ou frappe du Phénix
C'est simple il s'agit de sortir son arme pour parrer l'attaque adverse. La difficulté c'est de deviner où le coup va être porté. Heureusement cette technique ne nécessite pas un mouvement complexe et peut donc être executée très vite. L'utilisation de cette technique lors d'un duel au premier sang revient à concéder la victoire.
Un duelliste utilisant cette technique doit réussir un jet de reflexe+iaijutsu contre une diificulté de (agilité+iaijutsu)x5, il est possible de réduire la difficulté, à la difficulté nécessaire pour toucher l'ennemi en choisissant une des parades suivantes :
- parade de l'estoc ou aussi appelée parade du centre
-parade latérale aussi appelée parade de l'est ou de l'ouest,
-parade du dessus ou aussi appelée parade du nord,

bien entendu ce choix est arbitraire et réalisé au hasard, si le joueur a l'avantage chance il peut revoir son choix







Revenez bientôt me rendre visite, en attendant médite donc sur la sagesse du Tao :
"La vérité et la paix ne peuvent pas vivre sous le même toit, quand l'un rentre l'autre sort."